Femme Badass Du Mois

Cinq leçons de Madam C.J. WALKER

Et si nous vous disions que perdre ses cheveux rendait millionnaire! Oui c’est un peu tiré par les cheveux…cependant cela est vrai. SARA BREEDLOVE alias MADAM C.J WALKER nous l’a prouvé en devenant l’une des premières femmes noires millionnaires d’Amérique. (La première étant sa plus grande concurrente Annie Malone). Fille d’esclave ayant grandie dans une plantation et n’ayant jamais mis pieds dans une école, Sara BREEDLOVE a pourtant su développer un empire cosmétique digne de ce nom. Ce qui était un exploit dans le contexte historique ségrégationniste des États-unis à l’époque. L’histoire de madam CJ Walker nous enseigne de nombreuses leçons, et ses remarquables qualités font d’elle la parfaite femme Badass de ce mois.

1ère leçon: ton passé ne détermine pas ton avenir

Sarah BREEDLOVE aka Madam CJ Walker comme nous l’avons dit plus tôt est une fille d’esclave. Elle est née deux ans après l’abolition de l’esclavage, en Louisiane. La petite afro-américaine avait sept ans lorsque sa mère mourut. Trois ans plus tard son père s’en alla également. Elle se maria à 14 ans et eut sa première et unique fille A’Leila un an plus tard. À 20 ans, elle était déjà veuve.

Sarah n’a pas eut une vie facile, mais elle s’est battue pour atteindre ses rêves. Elle nous enseigne que peu importe d’où l’on vient, cela ne détermine pas ce qu’on peut devenir. Chacun à le pouvoir de construire sa vie.

2ème leçon : fais de tes faiblesses le moteur de ta réussite

À la mort de son époux, Sarah déménage à Saint Louis où elle trouve un job de blanchisseuse tout en suivant des cours du soir. La jeune femme avait des ambitions. Elle voulait mettre toutes les chances de son côté.

Elle développe par la suite des problèmes capillaires allant de chutes de cheveux sévères à la calvitie qui la font s’intéresser aux soins capillaires et à la place des cheveux crépus dans la société. Dans la communauté noire, les cheveux tiennent une place considérable. Avoir de beaux cheveux, c’est l’assurance et le signe d’une vie professionnelle réussie et d’un statut social élevé. La cause de ces problèmes capillaires communs à bien de femmes noires était tout bonnement un mauvais traitement de leurs cheveux. Sara voulut remédier à ce problème. Elle devint agent de vente pour Annie Malone, précurseuse des soins capillaires spécialisés pour cheveux crépus aux États-unis, et prit bien note des méthodes de travail et de vente de cette dernière car elle s’en inspirerait plus tard quand elle créera sa propre entreprise et concevra ses produits.

Au final, ses problèmes capillaires furent l’opportunité que Madam CJ Walker su saisir car ils l’ont conduite à la construction d’un empire qui continue de prospérer aujourd’hui: elle a repérer un problème et y a apporter une solution.

3ème leçon: bats toi pour tes rêves

Sarah BREEDLOVE est devenue connue sous le nom de Madam C. J. Walker après son mariage avec Charles Joseph Walker. Son mari, qui était aussi son associé lui donnait des conseils sur la publicité et la promotion. Sarah a vendu ses produits de porte à porte, enseignant aux femmes noires comment l’utiliser. Elle mit A’Leila comme gestionnaire des ventes par correspondance dans la ville tandis qu’elle et son mari voyageaient dans le sud et l’est des États-Unis pour développer l’entreprise. Deux ans plus tard Sarah et son mari ont déménagé en Pennsylvanie, où ils ont ouvert un salon de beauté et créé le Lelia College pour former des « coiffeurs ».

Sarah BREEDLOVE nous enseigne qu’il faut savoir se battre pour ses rêves et faire preuve d’ingéniosité surtout quand le monde autour ne vous est pas favorable.

Néanmoins, elle persista.

4ème leçon : la solidarité féminine

En tant que défenseure de l’indépendance économique des femmes noires, elle a ouvert des programmes de formation pour celles-ci dans le «Walker System». Son réseau national d’agents de vente uniquement composé de femmes afro descendantes agréés a fait gagner de bonnes commissions à ces dernières. En plus, elle prenait en charge les soins médicaux de ses agents et offraient des bourses d’études à leurs enfants.

Sarah croyait que le développement de la communauté noire ne saurait se faire sans les femmes. En relevant les femmes et en leur permettant d’être indépendantes financièrement, elle élevait toute la communauté afro américaine.Elle est une éminente figure de l’afro féminisme aux États-unis.

《Il n’y a aucune limite à ce que nous pouvons accomplir en tant que femmes 》

Michelle Obama

Leçon 5 : Aie une foi inébranlable en toi

Aujourd’hui encore, les produits de Madam CJ Walker se vendent. Elle a non seulement prouvé qu’on pouvait partir de rien et arriver au sommet, mais qu’on pouvait le faire en aidant les autres autour de soi. Mais si il faut retenir quelque chose de cette femme battante, ce serait que quand on a foi en soi, quand on se sent capable de réaliser de grandes choses, on y arrive. Sarah Breedlove avait confiance en elle, elle a toujours su trouver la force de faire mieux et plus, pour elle comme pour sa communauté malgré les douleurs qui ont parsemé sa vie.

Et pour toutes ces leçons qu’elle nous enseigne, Madam CJ Walker est une femme Badass.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s