#femmes

Le Pouvoir Destructeur des Mots!

Source: Pinterest

S’il est vrai que nous devenons*ce en quoi nous croyons, il est encore plus vrai aujourd’hui qu’on peut devenir* ce que les autres pensent de nous.

Combien de fois n’avons nous pas entendu des paroles blessantes, humiliantes, rabaissantes à travers des “ c’était juste pour blaguer” ?

Combien de fois , n’avons nous a pas été sujet de regards insistant , déplaisant ?

Combien de fois ne nous a t-on pas appelé par nos défauts physiques au lieu de nos noms?

Le “ bègue” , “ le borgne ”, “ la stérile” , “l’orphelin”, “l’albinos”, “le nain”, “ la fille qui a de l’acné ”, “l’africain”, le garçon au gros nez” , “la boiteuse”, la fille qui louche ( le strabisme)etc.

Des mots, des blagues qui finissent par ne plus faire rire puis qui tuent à petit feu! Vous l’avez compris. Aujourd’hui nous parlerons de la VIOLENCE VERBALE !

Qu’est ce que la violence verbale ou abus verbal ?

Un abus verbal (agression verbale ou attaque verbale) peut être défini comme une forme de comportement abusif impliquant l’utilisation du langage. En d’autres termes , c’est le fait de tenir des propos abusifs pouvant blesser son interlocuteur.

Dire à un enfant “j’aurai mieux fait de ne pas t’avoir ” ou dire à quelqu’un “tu es plus beau/belle en photo” ou encore appelé quelqu’un non pas par son nom mais son handicap physique “le Borgne” c’est de la violence verbale.

Il n’y a pas de statistiques précis. Mais six personnes sur 10 sont victimes de violences verbales. Ce n’est pas si surprenant , car la violence verbale sévit au même titre que la violence physique ou sexuelle ,seulement qu’elle ne laisse pas de séquelle physique nous dira-t-on pourtant elle fait des ravages.

Les défauts physiques ont été substitués aux prénoms. Et il est amusant de nos jours d’appelé quelqu’un par son handicap. Des rires moqueurs , des regards qui en disent long sur ce que les gens pensent de vous!

Vous l’avez vu certainement, cette vidéo qui a fait coulé de l’encre et de la salive. Sur Twitter, Instagram ou Facebook, une vidéo circulait ou on voyait un petit enfant demandant à sa mère un couteau pour se poignarder car il était tout le temps sujet de moquerie de la part de ses camarades. Quaden, un petit garçon âgé de 9ans atteint de nanisme, en pleurant demandait à se poignarder le cœur! Est-il responsable de sa condition physique ? Bien sûr que non. Mais pourquoi il était harcelé à longueur de journée par ses camarades du même âge.

Source : Pinterest
(Quaden qui pleure, filmé par sa mère)

Pour eux peut être ce n’était pas intentionnel…mais le mal est fait. Pour eux c’est peut-être une blague de le traiter de “petit nain”. Mais ce n’était pas drôle pour le petit Quaden. Car finalement un jour il a craqué.

Bien sûr , certains diront qu’on s’emballe un peu trop vite. Car n’a ton plus le droit de “taquiner” un peu son entourage?! Mais c’est exactement là que se trouve toute la subtilité de la chose. Car justement c’est en pensant juste “blaguer” ou juste “ taquiner” que commence le processus. Il ne s’agit pas ici de dire que faire de l’humour noire n’est pas bien. Non! Mais plutôt de montrer comment une simple petite “blague” , un regard mal placé peut faire du mal à votre interlocuteur. Il est plus facile aujourd’hui d’identifier une personne en rappelant son handicap physique. Une fois , deux fois, trois fois puis cela devient une habitude à telle enseigne qu’on oublie même que cette personne a un nom. Souvent cela commence à l’école , dès le bas âge. De petites taquineries entre gamins rien de mal. Sauf que bientôt il ne s’agira plus uniquement de taquineries. Le défaut de la personne et elle ne forme plus qu’une seule personne.

Source: Pinterest

A titre d’exemple, je me faisais appelé au lycée et même à l’université “la reine de l’acné” pour certains , pour d’autres c’était “ah regardez la mercerie est là ”parce que je souffrais d’acné. Pour mes camarades c’était juste des blagues. Mais pour moi ce n’était plus drôle à la longue. J’ai commencé à complexer par rapport aux autres filles et à me dire que je n’étais pas du tout belle. J’avais une baisse d’estime de moi et je marchais tête baissée pour pas qu’on me rappelle que je souffrais d’une maladie comme tout autre maladie. Car oui , l’acné est aussi une maladie.

Et c’est ce que vivent nombreux d’entre nous. De par nos moqueries, nos paroles, nos regards. Et il faudrait que cela cesse. Que nous comprenions que nous avons le devoir d’être bienveillant envers notre entourage. “Le gros” , “la planche à pain”, “l’albinos” et j’en passe ne sont ABSOLUMENT PAS DES PRÉNOMS. Nous devons apprendre à ne pas rappeler à tout bout de champ les handicaps des uns et des autres car ils le savent et le vivent déjà assez mal. Il est de notre devoir de leur apporter du soutien , de l’affection, et surtout de l’acceptation. Car croyez le ou non personne ne veut naître avec des handicaps. Et d’ailleurs , derrière ces handicaps se cachent des histoires douloureuses.

Nous devons également éduquer nos enfant, nos frères afin qu’ils comprennent l’impact qu’un mot peut avoir sur la vie de quelqu’un. Un Homme, une génération, un monde se crée dès le bas âge.

Nous devons nous éduquer afin d’avoir un monde meilleur.

Source: Pinterest

Alors , nous devons arrêter d’être la cause de la souffrance, du complexe des autres. Chaque parole qui sort de notre bouche doit être des paroles d’amours!

La violence verbale ne laisse pas de traces physiques…mais tue!

Soyons bienveillant !

Nous espérons que cet article vous aura plu. Laissez nous en commentaire vos avis!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s