Femme Badass Du Mois

Makeda, La Reine de Saba!

«La reine Makeda»

Boujour à toutes et à tous!

Nous espérons que vous vous portez bien. En ces temps de crise nous passons par ce canal pour nous encourager. Nous devons être fort et ensemble nous y arriverons.😊🙏🏾

Et si nous profitions de ce moment pour écouter une belle histoire?!

Alors on se pose bien , du popcorn…et c’est parti!

Il était une fois, il y a longtemps, très très longtemps, trois cent ans avant Jésus-Christ vivait une reine. On l’appelait…Makéda!

Makéda était la fille de la Reine Imenie et du Roi Agabos. Elle naquit à Agamé, une ancienne province du nord de l’Éthiopie. La petite princesse avait grandi dans le royaume avec ses parents. C’était une petite fille sage, distinguée qui grandissait avec sagesse. Elle allait devenir une grande reine et ça tout le royaume le savait. Makéda a grandi et prit le trône à la suite du décès de ses parents. Elle devint la reine du royaume de Saba.

C’était une reine gracieuse, élégante, charismatique, mais de surcroît intelligente. Elle ne passait pas inaperçue et tout le monde l’admirait. Un jour la reine envoya Tamarin son représentant en Israël suite au message que le Roi Salomon d’Israël lui envoya dans le but de mener des activités commerciales avec le royaume de Saba. Tamarin fut emballé par le charisme et la sagesse du Roi d’Israël, qui ne manqua pas de le mentionner à la Reine Makéda. Le Roi Salomon avait une réputation qui le précédait. Il était reconnu surtout pour sa sagesse légendaire. C’est le premier roi qui avait fait construire un temple en Israël. Intriguée par ce roi dont elle entendait chanter les louanges, Makéda décide alors de se rendre à Israël. Makéda était une femme assoiffée de connaissances. C’était l’occasion pour elle d’apprendre. Elle prit le soin d’annoncer sa venue au roi. Celui-ci accepta et fit même construire un temple à cette fin pour son hôte. En venant, la reine apporta avec elle des présents (des pierres précieuses, des aromates) etc.. qu’elle offrit au Roi. La reine était partie dans l’optique de vérifier tout ce qui se racontait sur ce roi. Et elle se rendit compte que tout ce qui se disait sur lui était vrai et même plus encore. Makéda était tout simplement séduite par la sagesse de ce roi et par son charme. Le roi Salomon fut également séduit par la grâce de Makéda. La reine à la fin de son séjour, le reconduit car elle s’y plaisait bien. Salomon offrit des présents à son tour et on servait des festins à la reine. A l’approche de son départ, le roi fit promettre à la Reine Makeda, de ne rien voler dans son royaume. Frustrée, Makéda rappela au roi qu’elle n’était point une voleuse. Cependant, pendant la nuit, la reine eu soif et se rendit dans une pièce pour se désaltérer mais elle fut surprise par le roi qui lui fit remarquer qu’elle avait rompu sa promesse de ne rien voler dans le royaume. Makéda choquée, lui rappela que ce n’était «que» de l’eau. Le roi répondit que l’eau était précieuse et sans eau qu’il n’y avait pas de vie. Cette remarque fit rire la reine. Le roi Salomon et la Reine de Saba s’unirent. De cette union, nait MENELIK qui signifie «comme il est beau». Un nom donné par son père, le roi Salomon. Menelik grandi à Saba au près de sa mère. A l’âge adulte, il demanda à voir son père. La reine de Saba prépara son voyage et il se rendit en Israël chez son père le roi Salomon. Après un incident fâcheux, Menelik reparti à Saba. Il régna en sagesse comme son père et sa mère. Makéda avait marqué son époque à tel enseigne que des peintres, des compositeurs l’ont magnifiée à travers leurs œuvres. On raconte qu’un gâteau porterait son nom. Et même aujourd’hui, cette reine, continue à inspirer l’imaginaire des écrivains. Plusieurs livres tels que Le Secret de la Reine de Saba de l’écrivain et artiste peintre KACIMI racontent son histoire.

Gracieuse, déterminée, avec une soif de connaissance indescriptible, telles étaient les qualités de la belle Makeda. L’expression « se prendre pour la reine de Saba» nous vient d’elle. Sa sagesse est une vraie inspiration. Le Coran dit d’elle qu’elle dirigeait, contrairement aux autres souverains avec une grande sagesse. L’histoire de la Reine de Saba est une énième preuve que les femmes peuvent et savent diriger.

Voilà! C’est la fin de l’histoire. Nous espérons qu’elle vous aura plu.

Agoodojié!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s