Faits de Société

Quand une femme dit non… ça veut dire non.

-Moi aussi-

Quand j’étais plus jeune, comme tout le monde sans doute,j’avais pour habitude de regarder des feuilletons sur la chaîne nationale les soirs avec mes parents. L’un d’eux Chiquihna Gonzaga m’a particulièrement marquée. En effet, dans un des épisodes une femme avait été victime de viol. Cette dernière voulu dénoncer son violeur, mais sa famille, et son entourage lui firent comprendre qu’elle était responsable de son agression, qu’elle était une femme de peu de mœurs. Le contexte historique de cette telenovela qui raconte d’ailleurs l’histoire vraie de la célèbre compositrice brésilienne Francisca Edwiges Neves Gonzaga, était le 19ème siècle. Aujourd’hui, en plein 21ème siècle, il est malheureux de constater que ce mode de pensée tendant à culpabiliser les victimes de viol perdurent toujours dans nos sociétés. Il y a quelques semaines, le #jesuisunevictime a fait couler beaucoup d’encre digitale. En effet des femmes ivoiriennes s’en sont servies pour dénoncer leurs violeurs et exposer des pédophiles révélant ainsi une mauvaise conception du consentement en matière sexuelle. De nombreuses personnes pensent que le viol se résume à un rapport sexuel obtenu par la force alors qu’un viol est parfois beaucoup plus complexe. Aussi aujourd’hui allons nous parler culture du viol et consentement sexuel.

Non ne veut pas dire convaincs moi!

Le consentement sexuel, c’est quoi?

Comme nous le savons tous, le viol est le fait de contraindre une personne de quelque manière que ce soit ( force, menace, ruse ou surprise) à une activité sexuelle. En résumé, un viol est un acte sexuel ayant eu lieu sans le consentement d’un partenaire. Le consentement sexuel quant à lui est donc l’accord mutuel que se donnent des partenaires pour avoir un rapport sexuel. Cependant, certaines assertions populaires telle que le légendaire « quand une fille dit non elle veut dire oui » crée une mauvaise compréhension du consentement sexuel. Pour qu’un rapport sexuel ne soit pas considéré comme une agression  sexuelle ou un viol, le consentement doit remplir trois critères:

  • Le consentement doit être clair:

La personne doit donner très clairement son accord que ce soit verbalement ou par des gestes. Il est important de vérifier que le partenaire est toujours d’accord tout au long de l’acte ( en lui posant des questions par exemple) car le partenaire a tout à fait le droit d’arrêter l’activité sexuelle à tout moment. En cas d’incertitude de l’autre, il est donc préférable de ne pas prendre son consentement pour acquis. L’adage qui ne dit mot consent n’est pas applicable dans cette situation. Il vaudrait mieux être sûr que de commettre une agression sexuelle ou un viol.

  • Le consentement doit être libre et éclairé

C’est souvent à ce niveau qu’il y des ambiguïtés. Le consentement doit être libre ce qui veut dire qu’il doit provenir de la volonté même du partenaire et non être obtenue par menace ou par ruse. Quand une personne finit par accepter l’acte sexuelle parce qu’elle à été menacée ou forcée, son consentement est vicié et il y a viol. Il en est de même quand le consentement est obtenu par ruse. On entend par ruse le fait de contraindre psychologiquement son ou sa partenaire à aller à l’acte sexuel de diverses manières. En insistant lourdement et longuement par exemple. Si le ou la partenaire cède, il s’agit d’un viol. Il est donc bel et bien possible de violer son conjoint. Il s’agit du viol conjugal.

  • La personne consentante doit avoir la capacité de le faire

Pour finir, si le ou la partenaire n’est pas consciente (endormie, droguée ou saoule) elle ne peut être consentante. De plus, les mineurs ne peuvent donner leurs consentement.

#pourquoijenaipasporterplainte

La culture du viol, c’est quoi?

La culture du viol est un ensemble de pratiques et de comportements visant à minimiser, normaliser voire encourager le viol. Le slutshaming par exemple est une manifestation de la culture du viol. La société a tendance à faire en sorte que les victimes de viol se sentent responsables de leur souffrance. Cela a pour conséquence que bien souvent, les femmes victimes de viol se taisent. Elles sont contraintes à vivre avec leurs traumatismes toutes seules et parfois sans aucun soutien et accompagnement. Le plus triste reste le fait que les femmes aussi participent à cette culture du viol en niant la souffrance des survivantes d’agressions sexuelles. Rosine Vieyra Soglo éminente figure politique béninoise s’exprimait en ces termes le 8 Mars dernier 《Pour moi, le salut des femmes ne viendra que par les femmes elles-mêmes…Si j’ai un conseil à prodiguer, à donner, à mes filles, à mes sœurs c’est d’être solidaires.》Il faudrait donc apprendre à être tolérantes et solidaires les unes envers les autres. Nous ne pouvons pas contribuer à la souffrance de nos sœurs victimes de viol.

Utilise ta voix!

Que faire en cas de viol?

Malgré l’insensibilité de la société, il ne faut surtout  pas taire un viol. La première chose à faire dans cette situation est de se rendre dans un hôpital pour qu’un médecin fasse un constat en cas de violences physiques puis aller dans un poste de police pour porter plainte contre son agresseur. Le viol est un crime puni par la loi. Si vous avez trop peur, il y existe au Bénin des numéros vert, le 7344 et le 138 que les femmes victimes des violences en tout genre peuvent joindre. En outre il y existe dans chaque commune des Centres de Promotion Social qui peuvent vous aider en recevant et en transmettant vos plaintes. Pour finir, les associations et Organisation Non Gouvernementale de défense des droits des femmes tels que Rifonga Bénin ou l’Association Béninoise pour la Planification Familiale à travers ses centres Amour et vie saurons aussi vous accompagner. Vous pouvez, si vous le voulez aussi nous laisser un message sur nos pages Facebook ou Instagram si vous le voulez et nous essaierons de vous aider. Mais il ne faut surtout pas cacher un viol, même si la société semble hostile, un violeur est un criminel et de la même manière qu’on ne protégerait pas un terroriste on ne doit pas protéger un violeur.

Prenez soin de vous, respectez les précautions sanitaires et restez chez vous autant que possible.

Agoodojié!

1 réflexion au sujet de “Quand une femme dit non… ça veut dire non.”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s