Femme Badass Du Mois

Mae Jemison: une étoile parmi les étoiles!

Artiste, ingénieur, médecin, et astronaute, Mae Jemison fut la première femme noire à aller dans l’espace. Scientifique émérite, cette belle afro-américaine a su défier les lois de l’apesanteur en balayant tous les à priori sur les femmes et en traçant son chemin vers l’espace, son rêve d’enfant. Découvrons le portrait de cette femme aux multiples talents!

De la petite fille rêveuse à la femme déterminée

Mae Carol Jemison nait le 17 octobre 1956 à Decatur dans l’Alabama (Etats-Unis). Quand elle a trois ans, ses parents décident de déménager à Chicago pour offrir à leurs enfants de meilleures opportunités d’éducation.

Déjà toute petite, elle était brillante et manifestait un grand intérêt pour les sciences. Un peu comme tous les enfants, elle aimait les étoiles, les dinosaures, et l’espace. Mais plus que les autres, elle avait ce désir ardent de l’explorer, surtout lorsque pendant la diffusion de la mission Appollo* (programme spatial ayant permis d’envoyer pour la première fois des hommes sur la lune), elle constata qu’il n’y avait aucune femme dans l’équipage. Les explications des adultes sur le fait qu’il était normal qu’il n’y avait pas de femmes astronautes ne l’ont pas convaincu plus que ça. Au contraire elle voulut devenir astronaute !

À 16 ans, elle obtint une bourse pour étudier à Stanford, l’une des universités les plus prestigieuses des États-Unis. Elle en sort quatre ans plus tard avec un Bachelor of Science en génie chimique et un Bachelor of Arts en études africaines et afro-américaines (correspondant à une licence dans le système francophone). Puis elle obtint un doctorat en médecine à l’université Cornell, et intègre le Corps de la Paix* deux ans plus tard, voyageant à travers le monde pour exercer la médecine.

N’ayant pas oublié son rêve d’astronaute, elle postule deux fois à la NASA* où elle est acceptée à la deuxième tentative, et fait partie de la première classe d’astronautes sélectionnés après L’accident de la navette Challenger en 1986. À partir de là, son rêve devient réalité.

Vers l’infini et au-delà !

Au sein de la NASA, Mae travaille auprès du Centre spatial Kennedy en Floride, sur le lancement des premières navettes après l’accident de Challenger. En septembre 1992, elle participe, en tant que spécialiste de mission, à la mission STS-47. A bord de l’Endeavour, Mae devient la première femme noire dans l’espace, et emporte avec elle une photo de Bessie Coleman, la première femme noire à obtenir un brevet de pilote; ainsi que plusieurs petits objets d’art en provenance de pays ouest-africains. Au cours de la mission, elle conduit plusieurs expériences, notamment sur l’apesanteur et le mal des transports. Elle enregistre au total 190 heures, 30 minutes et 23 secondes dans l’espace, soit presque 8 jours. Mission accomplie !

Des projets plein la tête

En 1993, Mae Jemison démissionne de la NASA pour fonder sa propre entreprise, le Groupe Jemison, afin de mener des recherches et développer la science et la technologie au service de la vie quotidienne.

En l’honneur de sa mère, elle crée également la Fondation Dorothy Jemison, pour l’excellence. L’un des projets de sa fondation, The Earth We Share, propose un camp scientifique international où des jeunes de 12 à 16 ans travaillent à résoudre des problèmes actuels globaux.

En parallèle, Mae prend un poste de professeure en sciences de l’environnement au Darmouth College. Membre active de diverses organisations scientifiques, elle s’emploie à encourager le goût des sciences chez les étudiants issus de minorités. En effet, durant ses années d’études, elle fut confrontée au racisme et au sexisme de la part de nombre de ses professeurs et étudiants. Elle veut donc éviter aux jeunes d’aujourd’hui de vivre les mêmes difficultés.

S’il y a une chose que j’ai apprise du fait d’être la seule femme dans la salle, ou la seule personne de couleur, c’est que les autres ne devraient pas passer par les mêmes difficultés !

Agir pour l’avenir

Aujourd’hui, elle est à la tête de l’entreprise 100-Year Starship (100 YSS), un consortium lancé par la défense américaine et la NASA en 2010, qui a pour vocation de financer les cent ans de recherches estimés nécessaires jusqu’à l’aboutissement d’un voyage interstellaire. Faire avancer les technologies terrestres pour vivre dans les étoiles est donc devenu l’objectif principal de Mae Jemison.

« Ce dont nous avons besoin pour aller au-delà du système solaire, c’est également ce dont nous avons besoin pour survivre sur ce vaisseau qu’est la Terre : être écoresponsable »

Son nouveau rêve? Créer un meilleur présent en imaginant un futur extraordinaire.

La planète n’est pas un plan B, il faut qu’on agisse dès maintenant !

Encourager les filles à oser les carrières scientifiques

Influencée positivement par sa mère, professeur d’anglais et de mathématiques, qui l’encouragea dans sa passion pour les sciences, elle souligne l’importance de donner aux filles la chance de s’intéresser au monde des sciences afin qu’elles puissent s’y identifier et peut être y découvrir une passion. Pour elle le manque de femmes dans les secteurs scientifiques tels que l’aéronautique ou la technologie peut se corriger par trois choses : l’exposition des filles à ces sujets, les attentes que l’on a vis-à-vis d’elles et les expériences qu’on leur permet de faire. En somme, montrer à quoi ressemble un travail dans ce secteur, arrêter de dire aux filles d’être sages et les inciter à s’intéresser et creuser les sujets de science, offrir aux enfants l’opportunité de faire des expériences scientifiques en classe, puis des stages plus tard.

Aux femmes qui hésitent à se lancer dans une carrière scientifique, elle dit: « ne doutez pas, osez ! Souvent, en tant que femmes, nous cherchons l’approbation des autres avant de nous lancer. Si vous ressentez l’envie de travailler dans un domaine scientifique ou technique, ne perdez pas de temps à convaincre les autres que vous pouvez le faire. Car si vous passez votre vie à attendre leurs approbations, vous ne construirez jamais rien ! »



Cette femme noire au caractère bien trempé, bien qu’étant issue d’un milieu social modeste, a su évoluer avec passion et volonté au sein d’un environnement très masculin et raciste, pour atteindre ses rêves les plus fous . Elle ne s’est pas contentée de faire une chose, mais d’explorer tout ce qu’elle se sentait passionnée de faire. Et nous la passion on aime! Elle se veut un modèle inspirant pour toutes les petites filles du monde chez qui elle espère inciter le goût de la recherche scientifique. Son credo, toujours oser! Et c’est ce qui fait de Mae Jemison notre femme badass du mois!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s