Faits de Société, Femme

La culture de la douleur de la femme en Afrique

L’année dernière la journaliste féministe ivoirienne Bintou Mariam Traoré lançait un hashtag qui a mis le feu à la toile: #vraiefemmeafricaine. Il avait délié les langues et rassemblé tout ce que vivait et subissait la femme africaine au nom de la culture africaine.

On se rend compte qu’en Afrique, la culture de la douleur est une culture à part entière. Comment en est-on arrivés là et quelles sont nos solutions ?Découvrez notre analyse sur le sujet.

Quelques notions de base

La douleur est une expérience complexe, une sensation désagréable et pénible, qui peut être physique, morale, ou émotionnelle, provoquée par un stimulus (physique, moral ou émotionnel), et dont l’expression tient compte de nombreuses variables (stress, culture, appartenance sociale, sexe, vécu personnel, contexte, etc.)

La culture quant à elle est définie comme ce qui est « commun à un groupe d’individus » et « ce qui le soude ». C’est l’ensemble des savoirs et pratiques qui s’acquièrent et se transmettent socialement au sein d’un groupe donné. Elle indique de quelle façon voir le monde, l’expérimenter émotionnellement et s’y comporter. Elle permet aux membres du groupe social de communiquer, travailler et vivre ensemble.

La culture de la douleur serait donc un ensemble de pratiques, commun à un groupe d’individus (ici les Africains), se transmettant socialement au sein dudit groupe, et entraînant chez certains individus de ce groupe (les femmes) une expérience désagréable et pénible, qui serait exprimée selon les termes propres à chaque individu.

En Afrique, il n’y a pas qu’une culture. Il y a autant de cultures que de peuples, que de pays, ou de langues. Et chaque culture a ses propres caractéristiques et sa représentation de la douleur. Par exemple, une étude a montré que chez les Baribas (une ethnie du Nord Bénin), tout signe de douleur est considéré comme une faiblesse et est vécue comme une honte pour la personne et pour toute sa famille (notamment au moment de l’accouchement ou de la circoncision). C’est un tel déshonneur que certains préfèrent mourir plutôt que de ternir l’image de leur famille.

Plus généralement le constat fait est que l’on représente les Africains comme des êtres qui savent et DOIVENT supporter la douleur, quelle qu’elle soit. Cela vient peut-être de notre passé colonial (?)

Les femmes étant considérées dans les traditions comme « inférieures aux hommes » (encore merci à la colonisation), elles subissent doublement cette représentation. Au point où la douleur est romantisée à toutes les sauces.

La vraie femme africaine est celle qui subit toutes les douleurs sans broncher, c’est celle qui tait ses souffrances au détriment du bonheur des autres, celle qui a le plus haut sens du sacrifice, que dis-je ? Le devoir du sacrifice !

#VraieFemmeAfricaine dans la douleur tu enfanteras!

En réalité toutes ces perceptions que je remets en cause viennent de plusieurs faits et remarques qui m’ont irritée.

Un jour, lors de mes stages en gynécologie, une patiente demandait s’il n’y avait pas la possibilité d’une anesthésie ou d’une péridurale pour l’accouchement. À la sage-femme de rétorquer que ça n’existait pas ici et que la vraie femme africaine est celle qui passait par la douleur de l’enfantement. Mieux, on dit qu’une femme qui a accouché par césarienne n’est pas une vraie femme africaine.

Mon sang n’a fait qu’un tour, mais je me suis demandée quelles étaient les autres « prérogatives » de la « vraie femme africaine ». La journaliste Bintou Mariam Traoré s’était aussi posée la question et avec son hashtag #vraiefemmeafricaine nous avons eu des réponses. En voici quelques-unes qui parlent :

Pour être une #vraiefemmeafricaine tu dois souffrir, avoir la patience et la résilience qui va avec. Quand ma cousine pour prouver qu’elle est une « debbo » enlève une marmite du réchaud à charbons à mains nues, je me dis JAMAIS je ne veux être une femme. ( tweet d’un internaute masculin).

D’autres exemples pour étayer : quand elle prépare la pâte, elle doit nettoyer le bord de la marmite brûlante avec ses doigts ; elle doit affronter sans broncher les jets d’huile lors de la friture du djaa, et autres… sinon ce n’est pas une vraie africaine.

Les femmes qui achètent les épices déjà écrasées là… Vos sauces ont même le goût ? Ça pique même ? Ce n’est pas la paresse par hasard ? En gros, utiliser un mixeur quand on en a la possibilité, ou acheter des épices toutes faites, c’est de la paresse. Parce que vraie femme africaine, c’est celle qui écrase tout à la pierre, même le piment. Après tout les brûlures aux doigts c’est rien pour elle.

IL N’Y A PAS DE MAMAN QUI ME DIRA QUE MON MARI NE M’A JAMAIS TROMPÉE, QUE MON MARI NE M’A JAMAIS INSULTÉE, QUE MON MARI NE M’A JAMAIS BATTUE. MAIS LA MEILLEURE DES FEMMES C’EST CELLE QUI FAIT SEMBLANT DE NE RIEN ENTENDRE, DE NE RIEN SAVOIR, DE NE RIEN DIRE.#Vraiefemmeafricaine (ça, c’est même les paroles d’une chanson ! Si vous la reconnaissez, veuillez svp mettre le titre et l’auteure en commentaires, j’ai cherché, mais peine perdue). Cette femme fait carrément l’apologie de l’humiliation et des violences conjugales. Le pire, c’est qu’on la passe à des mariages!

Si elle n’a pas d’enfant au bout d’un an de mariage, une #UneVraieFemmeAfricaine consacrera l’essentiel de son temps et de son argent à consulter médecins, prêtresses et tradipraticiens pour trouver une solution. Parce qu’il est impensable pour elle et pour la société que le problème vienne de son mari. Que dire?

Vous êtes en couple et vous vous permettez de faire la grasse matinée avec votre conjoint.Cette déviance de la culture africaine me dégoute.Le chant du coq est l’alarme de la femme. Elle est bonne celle là. Donc la #vraiefemmeafricaine n’a pas le droit de souffler un peu… mieux chéri devrait faire la grasse mat dès qu’il peut car il en a bien besoin, et pas elle.

« Rester humble » pour une #VraieFemmeAfricaine, c’est quoi? Pour faire simple, c’est ne pas dévier d’un iota de la norme établie. Tes opinions, ta manière de parler, de t’habiller, d’occuper l’espace (ou pas), de socialiser, tout doit dire « je connais ma place ». Autrement dit je suis inférieure à tout homme, mes origines et mes opinions n’ont pas de valeur, si j’ai la chance d’être instruite je ne dois pas en faire trop pour ne pas blesser l’égo masculin.

– Une #vraiefemmeafricaine ne doit pas avoir un  »bon niveau d’instruction » et être ambitieuse. Sinon, elle va trop parler dans la maison et va vouloir porter  » la culotte ». Il faut qu’elle dise oui à tout. Et qu’elle s’efface autant que possible.

– #UneVraieFemmeAfricaine doit mettre tout son cœur, toute son âme et toute son énergie à rendre son mari heureux….tout en acceptant que les hommes soient polygames par nature.

– #VraieFemmeAfricaine doit souffrir pour tout et rien. Plus tu souffres, plus tu es prise en exemple. Regarde comme Rosa souffre dans son foyer et dans son travail mais elle est là, elle se bat. Ah cette expression! Elle se bat! Mais quelle ironie que la bataille soit pour la souffrance et non pour le bonheur!

Une #VraieFemmeAfricaine ne dérange pas avec ses bouffées de chaleur. Ici, c’est l’Afrique, la chaleur, c’est pour tout le monde !

Ces tweets dénoncent avec humour et sarcasme tout ce que subit la femme africaine sous prétexte de l’africanité ou des traditions. La culture de la souffrance y est perpétuelle, car selon ces normes, de par sa nature et ce qu’elle représente, la femme noire est vouée à souffrir.

Extrait d’un sketch du comédien Mamane sur la question. Retrouvez l’entièreté ici, c’est une vraie pépite qui dépeint cette vision de l’africaine modèle. (NB: si vous êtes choqués, sachez que ce n’est pas qu’une blague!)

Arrêtons les frais!

Cette souffrance est romantisée à l’excès. Dès lors elle devient un idéal pour toute femme noire aspirant à être un modèle vivant de la vraie femme africaine. C’est dommage parce que c’est tellement réducteur de ce qu’est réellement la femme africaine et de ce qu’elle peut faire surtout lorsqu’elle est épanouie !

Thomas Sankara disait « il n’y a de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée ». Mais comment peut-elle être libérée, ou se libérer si tous les jours on lui fait croire que pour être digne d’être femme africaine, elle doit endurer souffrance sur souffrance au point de s’oublier elle-même ?

Il est temps que l’on reconnaisse le mal fondé et l’injustice dans ces schémas de pensée. Que l’on comprenne et accepte que la femme est un être humain à part entière, qui a le droit de vivre pour elle, et d’aspirer à un mieux-être.

Il Est temps qu’on reconnaisse que ces « cultures » et « traditions » brisent des vies et perpétuent un cercle vicieux. La femme avant d’être mère, épouse, ménagère, fille, est d’abord un être humain et mérite d’être traitée avec respect. Elle ne doit pas être chosifiée ou infantilisée pour correspondre à certaines normes sociales biaisées par la vision patriarcale de la femme africaine idéale.

On pourra alors réfléchir à comment changer les choses et agir. Ce sont Les hommes qui font la culture, disait Chimamanda Ngozi Adichie. Alors les hommes peuvent changer la culture. Il ne s’agit pas de renier ou dénaturer notre essence, mais d’aborder avec logique et bienveillance les conditions de la femme noire dans nos pays.

Il s’agit de commencer à apprendre aux petits garçons qu’ils peuvent également faire la cuisine ou balayer, qu’on respecte les femmes et qu’on ne doit pas les frapper, que les petites filles ont autant de potentiel qu’eux. Il s’agit d’apprendre aux petites filles qu’elles ont autant de potentiel qu’un homme, que la violence physique, verbale ou morale est mal et ne doit pas être tolérée.

Il s’agit de leur montrer des modèles de femmes qui ont dirigé dans notre culture (les reines d’Afrique par exemple); des exemples de foyer où règnent la paix, le respect et l’harmonie ; leur donner la possibilité d’exister et d’exprimer leur voix, en toute liberté.

En fait, les hommes noirs comme les femmes noires doivent apprendre à occuper leur place sans brimer l’autre sous prétexte d’une quelconque suprématie. Le dialogue et une ouverture d’esprit sont les outils qui permettront une ébauche d’un changement de conscience et de comportement.

Vraie femme africaine, tu es telle que tu te définis, sans préjugés, sans prérogatives. Tu es celle que tu choisis d’être, mariée ou pas, mère ou pas tu es la seule à pouvoir te donner de la valeur. Tes mérites ne se conditionnent pas à ta capacité à supporter la souffrance. Choisir de ne pas souffrir ne fais pas de toi une femme indigne. Tu as le droit de vivre, de respirer de t’épanouir et d’être heureuse peu importe ce qu’en dit la société. N’hésite surtout pas à prendre ta place dans le monde. Toute la Team AGOODOJIE est de cœur avec toi.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s